Zoom sur des bibliothèques numériques SHS en Asie du sud

Une étude de l’UNESCO, publiée en 2008, concerne les initiatives en libre accès en Asie du sud avec pour chef de file, l’Inde. En effet, la politique du pays a, depuis 10 ans, renforcé ce mouvement grâce à la mutation des revues imprimées vers l’électronique et au développement de répertoires nationaux et institutionnels conçus au moyen de logiciels libres.

Elle s’est centrée sur les bibliothèques électroniques afin de mettre en valeur le patrimoine culturel national et les savoirs traditionnels ethniques.Le Pakistan est un autre pays porteur de projets dans ce secteur.

Voici une sélection de quelques initiatives majeures de bibliothèques électroniques dans ces pays:

En sciences sociales :

  • AHKRC, une archive numérique en sciences sociales, portant les initiales du nom de Akhter Hameed Khan, un chercheur qui a contribué au développement de ce domaine au Pakistan. Elle donne accès au texte intégral en anglais d’importantes publications de ce dernier ainsi qu’à des revues et rapports.
  • Archives of Indian Labour (AIL), projet sur l’histoire du travail en Inde, créé en 2002 par l’Institut national du travail V. V. Giri et l’Association des historiens du travail. Les archives contiennent, outre des documents textuels en anglais, du matériel audio et vidéo.URL.

En arts et sciences humaines:

  • Digital Library of India (DLI) : créée en 2003, c’est l’initiative la plus importante en Asie du Sud. L’accès multilingue a contribué à son succès international. Elle fait partie de l’ «Universal Digital Library» de l’université américaine Carnegie Mellon. En 2007, elle comptait près de 109 000 livres, dont une partie en art et littérature, majoritairement en anglais et en langues indiennes (moins de 1% en français); elle contient aussi des articles de revues et des manuscrits.
  • Digital Library Resource for Indian Cultural (DL-RICH) encore appelée Kalasampada, inititiée par l’ IGNCA, le centre culturel national Indira Gandhi en Inde, constitue un corpus numérique de référence sur les arts et la culture d’Inde offrant plus de 0,5 million de manuscrits, diapositives et photographies numérisées permettant de visualiser peintures, sculptures et livres rares… ainsi que d’autres ressources textuelles, graphiques, audiovisuelles et multimedia. Elle rend aussi accessible un répertoire de textes Sanskrit comprenant plus de 400 chapitres de textes orientaux.
  • La bibliothèque numérique «Muktabodha» a été créée par l’Institut de recherche indologique Muktabodha en 2003 dans le cadre d’un important projet d’archivage en Inde. Elle met à disposition des chercheurs à travers le monde les textes fondamentaux de la littérature orientale, en anglais ou en Sanskrit. Elle vise à devenir un référentiel de base pour les textes des différentes branches du shivaïsme.

Cette synthèse de l’UNESCO présente, outre les bibliothèques électroniques, les revues, les services de recueil de métadonnées, les répertoires nationaux et les cours en accès libre.