Le supercalcul en sciences humaines aux USA

Le potentiel du supercalcul ou calcul haute performance réside dans sa capacité à réaliser des calculs très rapides, exploitable dans le traitement (tri, extraction, analyse) de grands ensembles de données. Déjà appliqué aux sciences exactes, il progresse en sciences humaines aux Etats-Unis.

Dans le cadre de son initiative Humanities High Performance Computing (HHPC), la NEH s’est associé avec le département américain de l’énergie (DOE) pour offrir aux chercheurs en sciences humaines des millions d’heures de supercalcul au National Energy Research Scientific Computing Center (NERC) ainsi que des formations.

Selon Brett Bobley, le directeur du nouvel « Office of Digital Humanities » (ODH) au sein du NEH « une grande part du travail algorithmique (analyse de texte, video…) initialement développé par l’industrie et l’armée est maintenant dans le domaine public. Un volet de la mission du NEH est de transférer ces outils en sciences humaines ». Il souligne que « le succès de l’entreprise n’est possible qu’en déclenchant un dialogue entre les informaticiens et les chercheurs et en rendant les outils utilisables par des non spécialistes en informatique ».