Le dynamisme des presses universitaires en Europe (OAPEN) et aux USA

Les presses universitaires entreprennent des projets soutenus par la fondation Mellon. D’autres réalisations, qui touchent les SHS, démontrent aussi leur dynamisme, en Europe et aux Etats-Unis:

OAPEN, projet européen d’édition de  monographies de SH en accès libre a été lancé par un consortium de 6 presses universitaires dont celle d’Amsterdam, la coordinatrice, et un musée. D’autres partenaires se sont associés au réseau.

Le projet, qui devrait démarrer en septembre prochain, est financé par la commission européenne dans le cadre du programme eContentPlus qui a décidé de le soutenir, en mars dernier, suite à la proposition présentée en 2007. En cours de négociation, le montant du financement sera au maximum de 900 000 euros. Le projet ambitionne de développer un modèle de publication revu par les pairs en SH et de l’étendre à d’autres domaines scientifiques dans le but d’améliorer la diffusion des résultats de recherche, selon une approche durable.

Ce futur modèle vise à créer un plate-forme d’édition en combinaison avec une bibliothèque en ligne. En s’adressant à tous les intervenants de la chaîne éditoriale, aux auteurs, bibliothèques, éditeurs universitaires de petite et moyenne taille à but non lucratif, instituts de financement de la recherche, décideurs, OAPEN jouera un rôle d’intégration et de marketing dans l’édition libre de livres SHS.

L’infrastructure de base existe déjà et il reste à construire la bibliothèque en ligne. Le financement européen va donc couvrir des études scientifiques, le développement de modèles en ligne en accès libre ainsi que d’outils et services en lien avec l’infrastructure. OAPEN souhaite s’associer à d’autres éditeurs SHS afin d’élargir le contenu de la bibliothèque en ligne.

– 2 presses universitaires électroniques américaines:

– La presse électronique de Berkeley (Bepress), fondée en 1999, propose un ensemble de produits et services numériques. Elle publie des revues électroniques et donne accès à des répertoires institutionnels et matière, des collections de «working papers», notamment en sciences sociales (économie, droit, sciences politiques). Deux portails web regroupent, pour l’un, des répertoires juridiques et, l’autre, de biostatistiques. Elle offre des logiciels d’aide à la soumission et la gestion éditoriale d’articles: Expresso destiné aux auteurs (soumission aux revues juridiques), Lawkit destiné aux éditeurs (suivi des soumissions…), Edikit destiné aux éditeurs et organisateurs de conférences (organisation des examens par les pairs). Elle dispose aussi d’une technologie d’édition en ligne de travaux de recherche appelée « SelectedWorks».

– La presse universitaire Rice a fait son retour sous forme électronique. Son domaine phare est l’histoire de l’art dont les coûts d’impression sont particulièrement onéreux. Disparue en 1996, celle-ci est en train de renaître en associant l’édition électronique et l’impression à la demande, via sa plate-forme web «open source» Connexions. Elle collabore avec d’autres presses pour les publications trop coûteuses, en particulier avec la presse universitaire de Stanford pour publier une collection de livres. Grâce au logiciel libre, les auteurs peuvent modifier leurs travaux en ligne.