Les priorités de la fondation Mellon

Dans son rapport annuel 2007, la fondation Mellon présente ses programmes et la stratégie qui les sous-tend, largement en faveur des digital humanities.

Le rapport rappelle d’abord ses 2 principaux axes de soutien, l’année précédente: l’appui à la production de monographies d’auteurs en début de carrière et le renforcement des presses universitaires par le biais d’un lien plus étroit avec leur université.

Il resitue l’action de la fondation dans le contexte de l’évolution des presses universitaires. Il souligne que, bien que celles-ci n’occupent qu’une niche dans l’industrie de l’édition, elles jouent un rôle central dans la communication scientifique américaine, notamment dans l’examen par les pairs et la validation des manuscrits d’auteurs. Suite au déclin de ventes des livres aux bibliothèques universitaires, elles ont exploré d’autres débouchés, créer de nouvelles formes de publications en tirant partie de l’électronique et en adoptant des solutions de financement à un coût réduit.

Puis, il revient sur ses programmes précédents, parmi lesquels, dans les années 90, une série de projets numériques pratiques et de coût limité, dans le domaine des revues et livres.

Il détaille les initiatives les plus récentes et comment celles-ci ont évolué:

– les monographies:

Gutenberg-e et Humanities E-Books ainsi que BiblioVault (presse universitaire de Chicago), visant à mettre en place des services électroniques associés à un répertoire partagé entre presses, et TORCH (division de New York de la presse universitaire d’Oxford), la création d’une collection en ligne dans des domaines précis de SHS. A l’exception de Gutenberg-e et du projet TORCH, il note le succès global des projets, la plupart d’entre eux (JSTOR, Muse, HEB, BiblioVault…) assurant leur fonctionnement de base sans le soutien de la fondation.

– les éditions documentaires (correspondances…):

– le projet de numérisation des correspondances des penseurs du 18ème siècle (fondation Voltaire de l’université d’Oxford), celui d’archives de Staline (presse universitaire de Yale) et Rotunda, ayant pour but de développer des services électronique pour aider les éditeurs à publier des documents sur la fondation des États-Unis et le 19e siècle (presse universitaire de Virginie).

Enfin, il aborde les prochaines orientations de la fondation en dehors des 2 axes qu’elle continue de soutenir au moins pour les 2 prochaines années. Celle-ci prévoit d’apporter un appui supplémentaire à des expériences pratiques qui établissent de nouvelles configurations entre les publications et les documents associés (images, données…), telles que le projet de la société des historiens de l’architecture concernant différents de types d’encyclopédie en ligne et la réévaluation des éditions documentaires par certaines grandes presses (Yale et Virginie).

Les monographies des presses universitaires restant, pour la fondation Mellon, un élément fort de la communication entres chercheurs en sciences humaines, celle-ci invitera les presses à soumettre leurs projets dans ce domaine et en choisira quelques uns répondant à certains critères (domaines émergents, projets collaboratifs).