Les portails de blogs scientifiques

La blogosphère s’impose désormais dans la communication scientifique: évalué à environ 1000 en 2007, le nombre de blogs scientifiques est estimé aujourd’hui entre 3000 et 10 000 dans le monde, dont 2000 aux USA et une part minime francophone. Un 1er forum français des bloggueurs scientifiques, en juin dernier, démontre l’avancée du phénomène, né outre-atlantique en 2002.

L’offre de blogs scientifiques commence à se structurer au sein de portails, sorte de méta-blogs, qui les regroupent:

Voici 3 portails de blogs scientifiques sur lesquels les SHS sont présentes même si elles sont minoritaires: 2 rassemblent des blogs dont sont extraits, indexés, et classés automatiquement les billets. Le 3ème a la démarche inverse, au lieu d’agréger des blogs personnels, créé un espace alimenté par les billets des scientifiques.

ScienceBlogs:
Créé en 2006 par la société de presse américaine Media Seed Group et financé par la publicité, il réunit plus de 70 blogs et comprend les SHS parmi ses 9 catégories. Sujet à des critiques sur le plan de la qualité, il se veut être le lieu de débats sur des thèmes sensibles scientifiques et politiques. Il a rapidement pris de l’essor puisqu’il enregistre aujourd’hui ½ million de commentaires.

ResearchBlogging:
Lancé par BPR3, une communauté de chercheurs, en janvier 2008, il est appuyé par Seed Media Group qui lui a apporté gracieusement sa technologie. Rassemblant 450 blogs, il se distingue des autres portails de blogs, plus vulgarisateurs, par son objectif précis de collecter les billets se rapportant uniquement aux articles revus par les pairs issus d’autres blogs scientifiques. Ceux-ci sont identifiés par un code généré lors de l’apposition d’une icône utilisable par les bloggeurs selon des critères bien définis. Entre autres, la référence de l’article doit être normée. Parmi les 15 catégories, figurent plusieurs disciplines de SHS : anthropologie, philosophie, psychologie, sciences sociales. Un article de PloS Biology met en exergue son système auto-régulé et son utilité pour la science institutionnelle grâce au contrôle qualité qu’il opère.

Scientificblogging, dont la version bêta a été lancée par les publications ION en 2007, sollicite des scientifiques pour écrire des billets qui sont diffusés sur le site. Ceux-ci apparaissent en tant qu’auteurs présentés sur la page d’accueil et répartis selon des thématiques comprenant les sciences sociales (archéologie, histoire des sciences, anthropologie, philosophie, psychologie, sciences politiques) ainsi que la culture (sciences et société…). Il comporte des services collaboratifs communs avec les autres (commentaires, lien sur des sites de partage de signets…) et spécifiques (système de vote sur Internet).

Nous constatons que les uns (Scientific Blogging, scienceblogs) jouent davantage un rôle de médiation de la science vers le public alors que ResearchBlogging reste dans la sphère des spécialistes en leur facilitant la discussion et en permettant une mise à jour rapide de la production scientifique. Certains évoquent la fonction de media de publication vers laquelle ce type de blog pourrait évoluer.

En dehors de ces exemples de communautés de blogs, il en existe d’autres tels qu’Hypothèses, plateforme de publication de carnets de recherche éditoriaux en SHS, créé par le Centre pour l’Edition Electronique Ouverte (CLEO). Il commence aussi à se développer des blogs hébergés des universités, un mouvement plus avancé aux USA. D’autres initiatives sont portées par des éditeurs scientifiques tels que l’espace Network de Nature ou encore le blog de PloS mais qui ne touchent que les sciences exactes.