PEER, observatoire européen sur l’autoarchivage

Le projet européen Publishing and the Ecology of European Research (PEER) va étudier l’impact à grande échelle et systématique de l’autoarchivage de manuscrits revus par les pairs. Il va s’intéresser plus précisément aux problèmes suivants:

  • l’accès aux lecteurs
  • les facteurs influençant le choix de l’autoarchivage et les coûts associés
  • la visibilité des auteurs et la viabilité des revues
  • l’écologie de la recherche européenne.
  • les modèles selon lesquels les systèmes de publication traditionnels coexistent avec l’autoarchivage

Cet observatoire, qui implique des éditeurs apportant au total 300 revues, va se dérouler de la fin 2008 jusqu’à 2011. Son financement est assuré à 50% par le budget du programme eContentPlus.

Au sein des participants, il existe des divergences de points de vue sur le fait que le dépôt autorisé des articles en accès libre augmente leur usage ainsi que sur les périodes d’embargo les plus appropriées.

Bien qu’entièrement indépendant du projet pilote d’accès libre aux articles issus du 7ème programme cadre lancé récemment, il relève, comme ce dernier, d’une démarche expérimentale sur la validité de nouvelles politiques de dépôts et d’accès libre à la recherche au niveau européen.

Les partenaires du projet comprennent la Fondation Européenne pour la Science (ESF), la société Max Planck, la bibliothèque universitaire de Gottingen, l’association internationale des éditeurs de STM, l’INRIA, la fondation SURF et l’université de Bielefeld.