Les clés de la réussite des projets numériques de SH

Cet article (1) présente une étude effectuée en Grande-Bretagne dans le cadre de Log analysis of Internet Resources in the Arts and the Humanities (LAIRAH) (UCL, Archive and Information Studies) qui cherche à mieux comprendre les facteurs de réussite et de viabilité des ressources électroniques en sciences humaines.

Selon une approche de benchmarking encore peu usitée en SH, elle a pour but de découvrir si certaines pratiques dans la construction de projets ont un impact sur leur usage futur à long terme. Elle se situe du point de vue du producteur de la ressource, aucune étude systématique n’ayant été effectuée jusqu’à présent sur le sujet.

L’étude a sélectionné 21 ressources numériques britanniques bien établies et très utilisées dans différentes disciplines (histoire, archéologie, littérature, linguistique, arts), en combinant l’analyse de fichiers de connexions, les questionnaires en ligne et les conseils d’experts. Puis, elle a identifié les caractéristiques communes des projets, au moyen d’interviews approfondis de leurs créateurs. L’article commente ces résultats au regard des stratégies adoptées en Grande-Bretagne.

Voici les éléments qui contribuent au succès de la ressource:

  • l’encouragement et la reconnaissance de l’institution, le prestige accordée aux sciences humaines numériques étant variable selon la discipline (fort en archéologie)
  • un support technique de qualité
  • un personnel réunissant des compétences techniques et en sciences humaines (souvent difficile à trouver)
  • la communication de toutes les manières possibles (conférences, ateliers de travail…) considérée comme un élément primordial du succès du projet
  • la longévité des ressources

les éléments suivants pourraient être améliorés :

  • les besoins de l’usager : très peu de projets réalisent des tests d’usagers dans leur phase initiale, des guides pour les non-experts seraient bienvenus. Le contact avec l’usager se fait par le biais de conférences (histoire) ou par mail sur le site web
  • la documentation existe pour la plupart des projets mais elle est souvent fragmentaire, difficile d’accès et variable selon les disciplines
  • la durabilité des ressources : la mise à jour et du maintien du site web ainsi que du cycle de vie de la ressource ne sont pas assez pris en compte

L’article donne plusieurs recommandations destinées aux financeurs et créateurs concernant la documentation, la consultation et les tests d’usagers, l’actualisation sur l’interface, la communication, le recrutement de personnel et le support technique.

(1) WARWICK Claire, GALINA Isabel, TERRAS Melissa, HUNTINGTON Paul, PAPPA Nikoleta, The Master Builders: LAIRAH research on good practice in the construction of digital humanities projects, Literary and Linguistic Computing, 2008, vol. 23, n°3, p. 383-396