Les archives ouvertes en Espagne

Depuis ¾ ans, l’Espagne a amorcé le virage de l’accès libre avec, en particulier, des projets d’archives ouvertes de plus en plus fréquents et dont la présence internationale s’accroît. Sur les 246 signatures de la déclaration de Berlin, 21 concernent des institutions espagnoles, la plupart datant de 2006.

Les registres ROAR et OpenDOAR n’en donnent qu’un nombre approximatif dans le pays, respectivement, 48 et 38, certaines n’étant pas encore enregistrées et d’autres mentionnées n’étant pas des archives ouvertes mais des revues ou des agrégateurs.

La plupart sont des archives institutionnelles (78%), au nombre de 36, et ont été principalement créées par les universités en 2004 ou 2005. Ces archives contiennent principalement des articles, actes de colloque, thèses ainsi que pré et post-prints. Dspace et ePrints sont les logiciels utilisés le plus souvent pour les construire.

Différentes initiatives se sont développées au niveau régional et national :

– Au niveau national, Recolecta est une initiative conjointe de REBIUN (réseau des bibliothèques universitaires et de la recherche espagnol) et de la Fondation espagnole pour la science et la technologie (FECYT). Le portail en accès libre, lancé en février 2008, est inspiré de DareNet au Pays-Bas, open-access.net en Allemagne et DRIVER. Il constitue l’accès central à la recherche espagnole mais se veut intégrer la diversité des dépôts au sein d’une seule infrastructure et donner une impulsion nationale au développement des archives ouvertes. Il fournira des recommandations fondées sur celles de DRIVER et la certification DINI et donnera des conseils relatifs au copyright.

– Au niveau régional, les communautés autonomes de Catalogne et de Madrid sont les plus actives, les services étant mis en place par les consortiums de bibliothèques de chaque communauté:

– La communauté autonome de Madrid et le consortium Madrono (bibliothèques des universités publiques de Madrid et l’Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED) ont créé un portail scientifique régional e-ciencia qui diffuse les données scientifiques en accès libre de 7 universités de la région de Madrid et du conseil de recherche national. Actuellement, le portail contient environ 19 000 documents en majorité textuels (exceptée une collection d’environ 8000 documents audio/vidéo de la bibliothèque de l’UNED) et offre un service central de recherche mais développe d’autres services (service régional de citations, export de métadonnées et statistiques).

Il fournit des conseils sur les problèmes de copyright et aide à mettre en place des standards communs. Les dépôts sont déjà compatibles avec les recommandations de DRIVER. Le projet est fortement appuyé par le gouvernement de la communauté autonome de Madrid. Ce dernier est seul à avoir instauré une politique d’accès libre en Espagne : il recommande aux chercheurs qu’il finance l’autoarchivage dans les dépôts institutionnels, ce qui représente une étape prometteuse ouvrant la voie à d’autres organisations en Espagne.

– Le consortium catalan, CBUC, de la communauté autonome de Catalogne, fonctionne selon un modèle légèrement différent : il a créé 2 dépôts ouverts inter-institutionnels: Recercat, un dépôt coopératif pour les universités de Catalogne qui n’ont pas de dépôt propre et dont il moissonne le contenu. Il possède environ 10 000 documents divers : preprints, actes de colloque, working papers, rapports techniques… Le second, TDX créé en 2001, centralisant les thèses de 20 universités, presque 7000 actuellement, est la plus ancienne archive institutionnelle.