Que signifie terminer un projet de digital humanities?

Un groupe d’articles du dernier numéro de la revue Digital Humanities Quarterly (printemps 2009 : vol.3, N°2) tente d’apporter des réponses à ce que veut dire terminer un projet numérique en SHS.

Ces 3 articles, issus des discussions qui ont eu lieu au cours de la conférence Digital Humanities 2007, s’interrogent sur la mesure de l’achèvement d’un projet numérique en SHS, considéré par essence comme étant non limité, souple, et extensible, par opposition à la nature figée de la publication imprimée.

Le 1er article illustre à travers le projet d’atlas linguistique des Etats-Unis, un projet de calcul à grande échelle. Considérant qu’un tel projet n’est jamais terminé en raison même de sa nature, il rend compte des étapes qui se succèdent, chacune d’entre elles ayant un début et une fin. Il souligne non seulement comment on peut évaluer ce qui a été achevé mais aussi la préservation numérique et la gestion des versions informatiques.

Le 2ème article offre la perspective du responsable de Rotunda, la presse électronique en SHS au sein de la presse universitaire de l’université de Virginie créée en 2001. Estimer l’achèvement d’un projet, d’après lui, est une nécessité financière et professionnelle. A travers 2 projets différents, l’édition électronique originale et dynamique du manuscrit Typee d’Herman Melville et une conversion de documents imprimés de George Washington en édition numérique, il définit des critères intrinsèques d’achèvement différents selon les genres de création, ceux-ci étant sujets à des facteurs extrinsèques tels que les contraintes budgétaires et l’évolution des standards professionnels.

Le 3ème article présente Orlando, projet de grande envergure et de longue haleine sur l’histoire de l’écriture chez les femmes des îles britanniques. Les auteurs du projet s’interrogent sur les concepts tels que l’achèvement et la finalité. Ils précisent que l’idée d’achèvement circule de façon discursive au sein d’une écologie complexe et changeante (changements de la conception de textualité, de l’évolution des modèles de publication, économique et d’archivage). Ils notent qu’il est important  d’examiner les étapes qui sont terminées même si les capacités des médias numériques vont à l’encontre d’une finalité.