OpenAIRE, une e-infrastructure pour la recherche européenne

Présenté à la conférence Berlin 7, Open Access Infrastructure pour la recherche en Europe (OpenAIRE) a été lancé le 1er décembre 2009.

Projet financé par le 7e programme cadre (FP7) de la Commission européenne, OpenAIRE développe une infrastructure électronique d’identification, de dépôt, d’accès et de suivi des articles de recherche issus de FP7 et l’ERC (European Research Council).

Prolongement du projet pilote de diffusion en libre accès aux résultats de recherche de la CE, présenté précédemment, OpenAIRE est centré sur les publications de 7 disciplines dont les sciences socio-économiques et les sciences humaines ainsi que sur les données de sous-ensembles de ces disciplines.

Il rassemble 38 partenaires et couvre presque l’ensemble des états membres ainsi qu’un état associé, la Norvège. Il va durer 3 ans dans sa première phase avec un budget d’environ 5 millions d’euros.

Le projet prévoit d’offrir une archive pour les articles qui peuvent être stockés ni dans les archives institutionnelles, ni dans les archives thématiques. Il préparera la voie à des fonctionnalités similaires pour les données primaires et dérivées.

Concrètement, la publication d’un chercheur sera d’abord dirigée vers le dépôt de son institut d’origine. S’il n’en existe pas, elle sera dirigée vers l’archive de la discipline concernée (arXiv.org en physique par exemple). Si la publication est toujours sans destination, le chercheur aura recours à une archive orpheline hébergée au CERN.

La technologie OpenAIRE repose sur 2 logiciels: DNET, développé par le consortium DRIVER qui permettra de relier les archives existantes tandis que le logiciel d’archive orpheline est basé sur Invenio, développé par l’équipe du serveur documentaire du CERN (CDS) au cours des 15 dernières années.