Ouverture d’Economists Online

Economists Online (EOL) a été lancée officiellement le 28 janvier lors de la conférence « les archives disciplinaires : collaboration européenne dans le contexte international ».

L’archive disciplinaire est complémentaire de RePEc et d’autres archives en économie : EconStor (Allemagne), , AgEcon Search, SSRN… Elle coopère avec certains de ces services (RePEc, discussions en cours avec SSRN). Un problème important sera la viabilité de l’archive après l’arrêt du financement européen et à plus longue échéance.

Un accord a été conclu avec la bibliothèque royale des Pays-Bas garantissant l’accès des contenus et la conservation à long terme. La question qui se pose actuellement est comment impliquer les chercheurs. Quelques idées ont été émises sur de futures orientations de l’archive : s’inspirer du modèle proposé par Cornell pour arXiv, proposer l’équivalent du mandat NIH aux Etats-Unis pour l’économie.

Quelques éléments pratiques : le portail offre un moteur de recherche avec une interface multilingue permettant de trouver et télécharger des documents en texte intégral (articles, actes de conférences, working papers, ensembles de données…). Il fournit un fil RSS (bibliographies, résultats de recherche).

Et voici quelques données chiffrées et remarques relevées lors conférence : les archives disciplinaires ne représentent globalement qu’une petite partie des archives (13% contre 81% pour les archives institutionnelles). L’Europe possède 48% des archives dans le monde et les Etats-Unis, 27%.

On observe une grande variété d’archives disciplinaires. Elles sont alimentées sur la base du volontariat et leur viabilité sur le long terme est souvent problématique. Elles fonctionnent bien quand elles se coulent dans la pratique d’une discipline et se basent sur une forte culture de pre-prints.

Archives institutionnelles et disciplinaires ont besoin de travailler ensemble: car chacune détient une partie des informations nécessaires à la bonne gestion de la recherche et de ses résultats.