Etude sur les revues publiées avec Open Journal Systems de PKP

Public Knowledge Project (PKP) a réalisé une étude « A survey of the scholarly
journals using Open Journal Systems » sur les revues éditées avec son logiciel libre Open Journal  Systems (OJS).

Cette première enquête sur l’utilisation du logiciel OJS dresse les caractéristiques d’une catégorie émergente de revues scientifiques en libre accès. Elle a analysé près de 1000 revues scientifiques, soit 1/5ème de la totalité des revues qui ont adopté OJS.

Si l’étude veut démontrer qu’OJS est une alternative à l’édition traditionnelle et peut être une solution durable pour les éditeurs disposant de peu de moyens, elle permet aussi de mieux comprendre le processus d’édition de revues en libre accès.

Parmi les titres de l’échantillon, 40% sont publiés en STM, 30% en sciences sociales, 11% en sciences humaines, 19% restants dans des domaines interdisciplinaires. Les auteurs constatent que cette répartition disciplinaire reflète assez bien la tendance générale de l’édition en ligne, tirée par les sciences exactes, les SHS étant encore derrière.

L’étude met en évidence qu’avec le logiciel OJS, les coûts d’édition de revues électronique ne sont pas aussi prohibitifs que le croient souvent les éditeurs. Elle indique que les coûts de premières copies des revues analysées sont de 188,39 $, soit environ le dixième de la norme de l’édition au cours de la dernière décennie. Elle note aussi que beaucoup de revues ne dépensent rien sur certaines étapes/process de l’édition (relecture, promotion…).

Outre les budgets faibles que requiert OJS, l’étude montre que les revues examinées suivent les standards traditionnels des examens par les pairs et ont des proportions d’acceptation d’articles comparables aux revues en général mais se distinguent par la croissance rapide des nouveaux titres, la forte utilisation par des pays en voie de développement (près de la moitié des revues examinées).

Il est souligné l’intérêt d’OJS pour les petits éditeurs qui se demandent comment transformer leurs revues en version électronique et si le modèle économique en libre accès peut être viable. Un modèle « éditeur universitaire » au sein de la littérature revue par les pairs est défini et considéré comme «une réponse efficace au poids actuel des grands éditeurs commerciaux sur les budgets des bibliothèques de recherche».