CenterNet, partenaire des institutions de SH

Ce communiqué annonce que CenterNet a signé un partenariat avec le Consortium des Centres et des Institutions de sciences humaines (CHCI) afin de conduire des activités conjointes en digital humanities dans les 5 prochaines années.

Ce partenariat a pour but d’entreprendre des actions et de développer des collaborations entre les centres informatiques et les établissements interdisciplinaires de SH à l’échelle internationale.

Il prévoit, plus précisément d’organiser des événements communs lors des conférences respectives, de faire des propositions aux agences de financement pour soutenir la recherche dans les centres des 2 organisations, de développer des opportunités d’enquête conjointe sur les questions relatives aux technologies numériques et aux sciences humaines, de discuter de la façon dont l’université et les disciplines universitaires s’adaptent à la culture et aux technologies numérique , de soutenir la formation à la pratique numérique.

Au cours de ce programme d’action, les 2 organisations ont la volonté d’explorer des questions d’intérêt mutuel concernant :

– les disciplines numériques :

Quelle vision avoir du numérique? quelle est l’utilité de la notion de digital humanities ? Les pratiques numériques pourraient-elles devenir des disciplines, si oui, comment ? et/ou comment reconfigurer les disciplines de SH ? Comment les pratiques numériques pourraient-elles être intégrées au sein des disciplines du 21e siècle? Et, comment affectent-elles les pratiques de recherche en SH ? Comment les disciplines se renouvellent ? Comment les relations entre les disciplines ont été transformées ? Dans quelle mesure peut-on accorder aux techniques et méthodes numériques le statut de disciplines ? Comment faut-il penser leur impact, distribuées dans des disciplines existantes ou comme des disciplines autrement constituées ? Quelle est la relation entre les pratiques numériques et l’expertise disciplinaire?

– les publics numériques:

Comment la recherche numérique implique t-elle les groupes de chercheurs dans les universités et, au-delà des universités, avec les publics ? Comment les technologies numériques favorisent un engagement avec des publics élargis? Quelles sont les implications pour les universités de la «démocratisation de la connaissance» qu’induisent les nouveaux médias numériques ? Comment les nouvelles pratiques influent-elles sur la question de savoir ce qui compte en tant que connaissance et en tant que public? Enfin, une question de taille : quelles sciences humaines seront transmises à la génération suivante?