La construction d’une revue par les pairs ouverte en SH

Le billet de Robert B. Townsend propose une réflexion sur l’avenir de la revue par les pairs en sciences humaines. Il analyse les défis de la revue par les pairs traditionnelle dans le contexte numérique et les moyens d’améliorer le système.

Alors que des formes de revues par les pairs «post-publication» (autrement dit l’examen par les pairs sur l’article rendu public en ligne) émergent, Robert B. Townsend offre une vision évolutive de la revue par les pairs classique tout en mettant en garde contre les dérives des nouvelles approches.

Il souligne que – comme ne le font pas les classements de l’ISI – un nouveau système devrait prendre en compte la valeur temporelle des publications en sciences humaines, qui en général augmente sur une longue période de temps, a contrario de celle de sciences exactes.

Il s’interroge sur le poids différent que devraient avoir les experts, les autres universitaires, et le grand public dans l’évaluation d’un article. Il dégage les grands objectifs d’un système d’examen par les pairs à l’heure du numérique.

Cette remise en cause rejoint une expérimentation récente de revue par les pairs outre-atlantique, financée par la NEH, que rapportent un article du New York Times repris dans [le Monde ainsi qu’un article de Chronicle of Higher Education.

La revue américaine Shakespeare Quarterly, fondée il y a 60 ans, a posté en ligne, sur le site MediaCommons quatre articles non encore acceptés pour publication. Les commentaires étaient ouverts, non seulement au groupe d’experts désigné pour évaluer les articles mais aussi à tous les internautes inscrits sur le réseau de recherche en ligne. 41 personnes ont fait plus de 350 commentaires. Les quatre articles révisés ont été soumis aux éditeurs de la revue, qui ont pris la décision finale de les publier dans l’édition imprimée de la revue.

Ce test remporte les suffrages pour sa rapidité mais la revue par les pairs traditionnelle est encore considérée comme la garante, par son anonymat, d’une absence de préjugés personnels et d’un contrôle de qualité en raison de la lecture par des spécialistes.

Prendre en compte les nouvelles technologies sans renier la tradition, c’est le dénominateur commun de cette expérience et de la réflexion de Robert B. Townsend sur l’élaboration d’une nouvelle forme de revue par les pairs en sciences humaines.

On note aussi un billet sur Publishing Frontier qui fait le point sur la revue par les pairs et des expériences novatrices en la matière.