3 projets d’agrégation d’e-books dont ceux de MUSE et JSTOR

On assiste à une convergence d’initiatives américaines visant à fédérer la distribution des livres électroniques auprès des bibliothèques, comme le rapportent l’article de Chronicle of Higher Education et le blog de la presse universitaire de Chicago.

Un groupe de presses universitaires américaines de taille moyenne a créé un consortium afin de vendre leurs collections de livres électroniques directement aux bibliothèques par le biais d’une plate-forme Internet. Plus de 50 presses universitaires ont manifesté leur intérêt à ce jour. Le consortium devrait être pleinement opérationnel à l’automne 2011.

Soutenu par 2 financements de la fondation Andrew W. Mellon (125 000 $ et 47 000 $) et conduit par les presses universitaires de New York, Temple, de Pennsylvanie et Rutgers, le projet est déployé en 2 phases : étude des modèles économiques et enquête en profondeur auprès des bibliothécaires universitaires sur leurs préférences en matière d’e-books. Puis, travail sur un projet chiffré et sur les fonctionnalités offertes aux utilisateurs. Ce mois-ci , les organisateurs vont faire un appel d’offres pour la réalisation de la plate-forme d’e-books du consortium.

Un autre intervenant sur le marché des livres numériques sera bientôt MUSE, comme l’indique son communiqué de presse. L’année prochaine, le service projette d’étendre son offre, au-delà des revues SHS, aux livres électroniques au travers MUSE Editions. L’entreprise est conçue comme l’extension du contenu du projet initial. MUSE Editions sera une plate-forme intégrée qui permettra aux utilisateurs d’accéder aux revues et livres électroniques simultanément dans les résultats de recherche.

Ses débuts sont prévus en juillet 2011 avec quelques 250 et 500 titres d’un groupe pilote de presses. Centrée sur les livres universitaires, la plate-forme hébergera peut-être des collections thématiques et rétrospectives mais exclura les manuels et les ouvrages de référence. Les livres électroniques seront disponibles en même temps que la version imprimée. Comme pour les revues, il y aura une tarification différenciée et des rabais en fonction des types d’institutions. Les éditeurs sélectionneront les titres qu’ils veulent inclure et fixeront leurs prix.

Enfin, JSTOR est en discussion avec des directeurs de presses (Chicago, Princeton, Yale, Harvard, Caroline du Nord, Californie, MIT) pour distribuer leurs livres électroniques auprès des bibliothèques. Tout comme le projet MUSE , il conçoit son initiative comme le prolongement logique de ce qu’il fait déjà. Elle devrait prendre forme en fin d’année en association avec des partenaires.