La DFG soutient des projets numériques de bibliothèques

La Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), la fondation allemande à la recherche, prévoit d’étendre la visibilité de l’offre des bibliothèques de recherche.

Le dénominateur commun des projets: rendre encore plus accessible en ligne des ressources spécialisées importantes fournies par les bibliothèques de recherche, adapter leur offre au plus près des activités des chercheurs et améliorer leurs services.

Le but aussi recherché par la DFG est de mettre un coup de projecteur sur les bibliothèques qui sont partenaires  d’initiatives de qualité dans lesquelles elles sont sur un pied d’égalité avec les organismes de recherche.

La ligne de financement permettra d’appuyer 21 projets, présentés ici (en allemand)  en leur apportant un soutien d’environ quatre millions d’euros au cours des prochaines années. Le premier appel d’offres de mai ayant été un succès, un autre est prévu en 2012.

Parmi  l’éventail de disciplines concernées, une large part est faite aux arts et SHS: histoire de l’art, musicologie, linguistique,  littérature, droit…

A titre d’exemples : le projet de faire de l’archive multimédia de musique populaire à Fribourg un centre de compétences interdisciplinaire de culture populaire de langue allemande. Une autre initiative du centre d’études est-asiatiques et de la bibliothèque universitaire d’Heidelberg porte sur la numérisation, la liaison et l’accès sur Internet de documents et données de manuscrits extrême- orientaux.

Et dans le domaine du droit, l’institut de droit du travail et des relations industrielles dans la communauté européenne à l’université de Trèves travaille sur les données d’un répertoire de revues et des décisions des tribunaux des états membres depuis plus de dix ans. Avec l’aide de la DFG, ces données complexes seront intégrées dans une base de données sur Internet librement accessible à tous.

1 Commentaire

  1. Ring L

    l’université de Trier : il s’agit de Trèves

L'ajoût de commentaire est désormais suspendu.