DRIVER : vers une infrastructure globale et durable

Créer une architecture d’archives distribuée, flexible, robuste, évolutive, orientée service permettant d’accéder de façon unifiée aux archives numériques européennes et d’autres régions du monde, tel est le but du projet Digital Repository Infrastructure Vision for European Research (DRIVER) financé par la commission européenne.

Cette vision première avec pour maîtres mots, interopérabilité, accès libre et coopération, s’est traduite dans les faits: la mise en place d’un réseau d’archives de différentes natures dont la couverture géographique s’est étendue (doublement des pays partenaires depuis le début du projet), le développement du logiciel open source D-NET, la publication de guides qui servent de références pour le développement d’archives.

Son portail donne accès à plus de 3 500 000 documents (articles, thèses, livres, rapports…) issus de plus de 295 archives ouvertes de 38 pays européens et en 25 langues, autant de résultats qui participent à la réussite du projet.

Cet article (1) présente les principales réalisations de DRIVER et sa stratégie actuelle d’internationalisation au travers la création de la Confederation of Open Access Repositories (COAR). Organisation légère lancée en 2009 elle se définit non pas comme un projet mais comme une entreprise pérenne, comme précisé ici.

COAR a permis à des institutions ou des groupes d’institutions de prendre la responsabilité de la construction d’une communauté nationale d’archives  comme DARENet (intégré dans NARCIS) aux Pays-Bas , SHERPA au Royaume-Uni ), OA.net en Allemagne, Recolecta en Espagne; HAL en France, CARL au Canada; CAS en Chine et DRF au Japon. Il est noté l’adaptation nécessaires aux  besoins locaux et la mise en place d’applications spécifiques  (personnalisation ou extension d’infrastructure) comme Recolecta en Espagne, la bibliothèque nationale et universitaire de Slovénie ou le portail national belge.

L’article souligne des manifestations d’intérêt en provenance de la Chine, l’Inde, l’Afrique et l’Amérique latine et qui impliquent des réponses adaptées à des situations différentes. Par exemple, l’accès libre a été bien accepté dans les pays asiatiques mais il n’existe pas d’infrastructure supra-nationale de recherche. En Afrique, il serait nécessaire d’organiser une vaste consultation pour obtenir un accord autour d’objectifs communs.

Après les deux premières étapes DRIVER I(2006-2007) et DRIVER II (2007-2009), s’engage une phase de développement international avec la volonté de faire converger les différents types d’archives à travers le monde et de les intégrer dans des réseaux plus larges, dans une perspective globale et durable

(1) PETERS Dale, LOSSAU Norbert, (2011), DRIVER: building a sustainable infrastructure for global repositories, Electronic Library, 2011, Vol. 29, N°2, p. 249 – 260