Les stratégies d’édition d’e-books des presses américaines

Innovantes à bien des égards, les presses universitaires aux Etats-Unis se tournent vers le livre numérique, comme le montrait déjà une première étude sur le sujet réalisée au cours de l’hiver 2009/2010 par l’Association for American University Presses (AAUP).

Une seconde enquête effectuée en 2011 approfondit ces résultats. L’enquête qui a enregistré une participation significative (71 presses soit 55%) complète et confirme les grandes orientations de l’enquête précédente.

Ce qu’on peut en retenir :

Les presses adoptent une variété de stratégies d’édition numérique, chacune d’entre elles en menant au moins deux et presque toutes sont en expansion dans beaucoup d’autres.

97% des presses mènent un programme de numérisation rétrospective (court tirage imprimé ou impression à la demande). Elles adoptent aussi la diffusion de livres électroniques via des agrégateurs/librairies en lignes (86%), vendent sur leur propre plate-forme (85%) et entreprennent des programmes de numérisation de livres récents (76%).

On note qu’elles ont adopté le modèle de diffusion de livres électroniques via MUSE, JSTOR, Oxford et Cambridge qui a doublé en passant de 34% à 65%. Une majorité participent au programme Google Books et sont associés à Amazon et un plus petit nombre à d’autres plates-formes(Barnes & Noble, Hathi Trust…). Elles vendent leurs livres via Ebrary, NetLibrary, Amazon Kindle et Google eBookstore.

Concernant les services, 37% d’entre elles fournissent l’accès et la recherche en texte intégral, 24% l’accès libre en texte intégral, 21% l’accès sur le téléphone mobile. Les formats utilisés sont principalement PDF, EPub et AZW (Kindle). Les presses manifestent leur intérêt pour EPub et XML. En général, l’utilisation de XML dans la production de livres est considérée comme un moyen de simplifier les formats numériques, la production de livres mais aussi de compenser  un déficit technique et de personnel.

En 2010, pour 52% des presses, moins de 3% (dont la moitié est inférieur à 1%) de leur chiffre d’affaires provient des ventes ou des licences des livres électroniques. Des commentaires révèlent la difficulté d’évaluer les revenus provenant du numérique. Les principales préoccupations des presses sont les ressources (contraintes budgétaires), les modèles économiques, les droits, la gestion des données numériques et le piratage.

On relève que les presses continuent d’expérimenter en matière de livres numériques mais elles expriment leurs inquiétudes concernant les contraintes budgétaires, la baisse des ventes d’impression et de la nécessité d’investir davantage de capital.

Les priorités de l’AAUP en matière d’édition de livres numériques restent de trouver de nouveaux modèles d’édition savante et de renforcer l’ossature numérique des presses universitaires membres.