Projet de supercalcul financé par la NEH

Comme l’indique ce billet, le projet de Humanities High Performance Computing Collaboratory (HpC) bénéficie du financement « Institutes for Advanced Topics in Digital Humanities » (IATDH) d’un montant de  259 588 $ de la National Endowment for the Humanities (NEH).

Ce projet de « collaboratoire » de calcul haute performance a été conçu par l’Institute for Computing in Humanities, Arts and Social Science (I-CHASS) de l’Illinois à Urbana-Champaign en partenariat avec le Center for Digital Humanities (CDH) de l’Université de Caroline du Sud.

Le projet HpC comprend le développement d’un modèle qui apportera un soutien technique, l’accès à l’informatique haute performance, des produits et des services associés aux technologies numériques pour les chercheurs en sciences humaines avec tous les niveaux d’expertise, du débutant au plus expérimenté.

Dans le cadre du projet, des chercheurs en sciences humaines vont collaborer pendant une année avec des spécialistes de l’informatique afin de se former dans plusieurs domaines de technologies numériques (analyse de l’image, réseaux sociaux, applications mobiles, réalité augmentée, jeux sérieux), de recevoir un apprentissage dans la conception et la gestion d’un projet en digital humanities, d’acquérir une expérience pratique avec plusieurs plates-formes techniques, de travailler avec des experts pour décrire des explorations pilotes, de rejoindre une communauté virtuelle par le biais de laquelle les chercheurs aideront  leurs pairs dans des projets de digital humanities.

C’est la seconde bourse IATDH du programme HpC. La première en 2009 d’un montant de 249 997 $ a permis de financer des infrastructures et soutenir 3 groupes de recherche interdisciplinaires en sciences humaines. Les thèmes explorés par chaque groupe ont été : la mondialisation des études médiévales,  le développement  d’espaces historiques en 3D et la construction d’une archive multimédia de médias numériques pour les chercheurs et les étudiants . Les trois équipes ont développé leurs projets avec des informaticiens et des ingénieurs du Centre National for Supercomputing Applications (NCSA), du San Diego Supercomputer Center (SDSC) et du Pittsburgh Supercomputer Center (CFP).