Ré-examen de projets numériques après la crise

Ce rapport d’Ithaka S + R a examiné douze projets de ressources numériques déjà analysés en 2009 afin de comprendre l’impact du ralentissement économique sur le modèle de durabilité de chaque projet.

Le but de ce réexamen de ces projets, 2 ans plus tard et suite à la crise économique, est de voir si leurs stratégies de durabilité ont changé, si leurs modèles ont tenu, quels sont leurs points faibles et quelles sont les orientations qui ont été adopté en réponse à la crise.

Ces 12 projets de ressources numériques, dont 4 en sciences humaines aux Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne et Egypte ont été créés par des universités, des bibliothèques, des institutions, dans les secteurs de l’enseignement supérieur et du patrimoine culturel.

Voici  les principaux résultats de l’étude :

  • En 2011, la contribution de l’institution hôte joue un rôle encore plus important qu’en 2009 dans le soutien des projets de ressources numériques.
  • Les bénéfices réalisés, bien qu’ils soient des éléments important de la stratégie de durabilité des projets, a rarement été suffisant pour couvrir les coûts directs permanents des projets.
  • Les projets, qui ont eu un certain succès en générant des bénéfices, ont engagé un processus continu itératif d’expérimentation pour identifier des modèles économiques et des  publics cibles s’adaptant ainsi au plus près aux besoins du projet.
  • Les projets qui ont été conçus avec pour mission principale de générer des bénéfices semblent mieux réussir que ceux qui génèrent secondairement des revenus.
  • Il est important que les objectifs du projet et la mission de l’institution hôte soient cohérents.
  • Rester de petite taille peut être plus souhaitable que de croitre si la ressource est une niche bien définie.
  • Des économies à court terme  peuvent  entraver la croissance future des projets.

La force des projets qui réussissent – production de bénéfices ou d’un dispositif de travail bénévole  – réside dans leur capacité à identifier clairement les sources de soutien et à en assurer la fiabilité. Les projets reposant sur le soutien de leurs institutions hôtes, la relation entre le projet et l’institution doit être constamment négociée, définie et nourrie.

L’étude a révélé des changements: deux projets ont sensiblement ré-imaginé leur mission principale, l’un d’entre eux de façon radicale. Plusieurs ont fait face à de sévères coupes budgétaires, les amenant à envisager d’autres approches, certains ont été des réussites et ont continué de montrer des signes de dynamisme entrepreneurial et une volonté d’expérimenter de nouvelles sources de revenus.

1 Commentaire

  1. Pingback: Ré-examen de projets numériques ... - Digital Humanities International | Humanités numériques | Scoop.it

L'ajoût de commentaire est désormais suspendu.