Rapport final de PEER sur le comportement des chercheurs

Le rapportPEER Behavioural Research: Final Report on authors and users vis-a-vis journals and repositories” met un terme à des travaux de recherche réalisés entre avril 2009 et août 2011.

Ces travaux, menés par une équipe de recherche de l’université de Loughborough en Grande-Bretagne, avaient pour objet de comprendre dans quelle mesure les chercheurs étaient prêts à accepter l’accès libre, les différentes façons d’y parvenir, et les facteurs influençant son adoption. Ils ont comporté deux phases et a mis en oeuvre des méthodes mixtes composées d’enquêtes, de groupes de discussions et d’un atelier interdisciplinaire.

Le rapport montre notamment que les chercheurs sont favorables à l’accès libre et en reconnaissent les effets bénéfiques sur la visibilité de la recherche (large diffusion et lectorat plus important). En outre, ils considèrent que  l’auto-archivage ne doit pas remettre en cause le rôle fondamental de l’article publié dans une revue.

D’autre part, ils ont une attitude conservatrice vis-à-vis de l’édition scientifique et ils perçoivent les archives ouvertes comme un complément plutôt qu’un substitut aux formes classiques de diffusion des résultats scientifiques.

Les autres conclusions sont les suivantes:

– les lecteurs sont préoccupés par la possibilité qu’un article soit cité lorsque la version à laquelle ils ont accès n’est pas la version finale publiée. Ces préoccupations sont plus répandues lorsque l’objectif de la lecture est la production d’un article de revue publié.

– Une minorité de chercheurs associent accès libre avec auto-archivage» (voie verte), cette conception étant plus répandue chez les chercheurs en sciences physiques et mathématiques, sciences sociales, sciences humaines et
arts, les chercheurs en sciences de la vie et médecine associant plus fréquemment l’accès libre aux revues (voie dorée).

– une minorité de chercheurs considèrent que mettre des articles de revues accessibles en accès libre se situent au-delà de leurs attributions.
– les chercheurs ne souhaitent pas de grands changements dans la façon dont la recherche est actuellement diffusée et publiée.