Pratiques informationnelles en sciences humaines

Ce rapport du Research Information Network (RIN) a pour but de d’examiner comment les chercheurs en sciences humaines trouvent et utilisent l’information dans une palette de disciplines et d’identifier ce qui a changé avec l’introduction des nouvelles technologies.

Voici ses principaux objectifs :

  • comprendre en profondeur les approches qu’ont les chercheurs en sciences humaines de la découverte,  de l’accès, de l’analyse, de la gestion, de la création, de la sélection et de la diffusion des ressources d’information.
  • comparer les comportements et les besoins des chercheurs dans les différentes disciplines, équipes de recherche ou  contextes institutionnels.
  • identifier les obstacles à une plus grande efficacité dans l’usage, la création, la gestion et l’échanger des ressources d’information, et suggérer comment elles pourraient être surmontées.

L’étude s’est appuyée sur six cas très différents couvrant des pratiques de recherche en sciences humaines variées et représentant l’utilisation traditionnelle, avancée et hybride des ressources numériques. Dans chaque cas, les données ont été recueillies en réalisant une série d’entretiens avec des chercheurs, suivie par des groupes de discussion.

Les cas choisis comprennent l’utilisation de ressources dans une base de données (Old Bailey Online [http://www.oldbaileyonline.org], Digital Image Archive of Medieval Music [http://www.diamm.ac.uk], au sein d’un département universitaire classique (département de philosophie de l’UCL [http://www.ucl.ac.uk/philosophy] et département d’anglais de l’université de Birmingham [http://www.english.bham.ac.uk], dans un domaine ( linguistique) et dans un projet collaboratif (Digital Republic of Letters).

Ce rapport montre que la perception conservatrice du chercheur en sciences humaines est maintenant dépassée. En sciences humaines, les ressources d’information importantes et les moyens dont elles sont utilisées sont nettement différents, comparés aux sciences de la vie. Dans chacune des études de cas, les chercheurs en sciences humaines utilisent les nouvelles technologies et une large gamme de ressources et de services numériques, aux côtés de l’imprimé et des textes manuscrits et des images. Ils travaillent dans des  environnements de plus en plus collaboratifs. La richesse et la variété des pratiques d’information en sciences humaines, doivent être reconnues et comprises si l’on veut apporter le soutien adéquat aux chercheurs. On parle beaucoup du développement des digital humanities mais leurs concepts ne sont pas encore bien établis et intégrés dans les pratiques.

Voici les principaux défis identifiés:

  • les chercheurs en sciences humaines ont besoin de formation émanant de spécialistes dans leur domaine, ainsi que de spécialistes de la technologie, sur la façon d’utiliser les nouveaux outils et services. Ils ont aussi besoin d’un soutien à la demande.
  • les chercheurs se méfient des ressources numériques qui sont incomplètes ou très sélectives. Ils s’inquiètent de la préservation et de la durabilité à long terme des ressources. Il est nécessaire que les acteurs envisagent comment développer et de maintenir au mieux les infrastructures numériques pour soutenir durablement la recherche.
  • construire et maintenir des ressources en ligne pour la recherche en sciences humaines – comme Old Bailey et Online Digital Image Archive of Medieval Music – exigent du temps et de l’expertise. Une reconnaissance plus explicite dans la carrière des chercheurs pour un tel travail favoriseraient une plus grande participation des chercheurs à la construction de nouvelles ressources.
  • le principal défi, pour les chercheurs en sciences humaines, est d’améliorer la capacité à lier les données hébergées dans différentes archives et non pas de partager et de réutiliser les données comme dans la plupart des sciences.
  • évaluer la valeur et l’impact de ressources numériques, construire des ressources et des systèmes avec des DOI et qui comprennent également des recommandations sur les pratiques de citations.