Rapport sur l’intégration des données et des publications

Ce rapport, publié par Opportunities for Data Exchange (ODE), examine l’intégration des données et des publications et en souligne les opportunités et les obstacles pour les différents acteurs.

Il envisage quatre perspectives : celle des chercheurs qui génèrent ou réutilisent les données primaires, celle des éditeurs qui fournissent des mécanismes pour communiquer les activités de recherche et celle des bibliothèques et des centres de données. Dans chaque cas,  les opportunités d’intégration des données sont analysées en fonction de sept critères  (disponibilité, facilité à être trouvées, interprêtées, réutilisées, citées, curation et conservation).

Des ensembles de données et de publications sont identifiés au travers d’exemples. Les résultats d’études déjà effectuées par Permanent Access to the Records of Science in Europe (PARSE.Insight) , Research Information Network (RIN), SURF Foundation ainsi que de diverses publications récentes sont synthétisés et examinés par rapport au quatre perspectives envisagées ci-dessus.

La relation entre les données et les publications est illustrée par une version modifiée de la pyramide d’e-science de Jim Gray. La relation exclusive entre les données et les publications diminue plus on descend vers la base de la pyramide. En bas de la pyramide, la plupart des ensembles de données reste non publié et par conséquent ne peut être trouvé et ré-utilisé. Les données publiées au sein ou avec les publications représentent seulement la « partie émergé de l’iceberg » des données.

Le rapport fait le constat d’un paysage fragmenté et complexe où les intérêts en concurrence peuvent parfois semer la confusion entre les besoins et les attentes. Il met en évidence l’impact que le partage et la réutilisation des données peut avoir sur la chaîne de la communication scientifique  et l’importance de l’intégration des données et des publications. Le dernier chapitre du rapport  résume les discussions d’un workshop tenu à Barcelone en juin 2011 lors de la conférence LIBER.